Troisième rencontre civilienne

Archive vidéo

Dimanche 21 juin à 20:45 – 22:15
(heure de Paris)

 

LE DROIT À L'EXPÉRIMENTATION SOCIÉTALE

 

Animation : Michel Laloux et Stéphane Lejoly

DE QUOI PARLERONS-NOUS ?

 

En France, comme dans beaucoup d’autres pays dits démocratiques, les transformations doivent passer par le pouvoir exécutif centralisé. Les citoyens qui veulent innover dans le domaine sociétal se heurtent à des obstacles qui deviennent de plus en plus difficiles à surmonter. La plupart des gens voient que nous sommes parvenus à un point de blocage du fonctionnement des institutions. Mais nous constatons une impuissance à débloquer cette situation, quelles que soient les personnes qui se trouvent à la tête de l’exécutif.

Les constitutions et les formes de gouvernance sont conçues de telle façon que les transformations doivent être impulsées depuis le haut.

Or tout ce qui est nouveau jaillit sur le terrain, à partir des impulsions et des projets de ceux qui font. Il suffit de regarder ce qui se passe au sein de la société civile pour le constater. Les initiatives nouvelles foisonnent, mais ne peuvent se développer qu’en se heurtant à l’inertie ou même à l’opposition des institutions. C’est ainsi que les « faizeux » s’opposent aux « dizeux », pour reprendre l’expression d’Alexandre Jardin.

Il s’agit d’un problème systémique qui ne sera pas résolu tant que l’on ne se décidera pas à transférer le pouvoir exécutif aux « faizeux ». Mais un tel transfert ne se décrète pas. Il ne peut non plus advenir à la suite d’un Grand Soir auquel plus grand monde ne croit. Il ne se fera que par un processus évolutif, au fur et à mesure que des Civiliens, à titre individuel ou regroupés en organisations de la société civile, assumeront les tâches dévolues au pouvoir exécutif actuel.

C’est par les initiatives de la société civile que la transformation se réalisera. Mais pour que cela puisse se faire, il faut concevoir des outils qui rendent possible l’expérimentation sociétale. Certes, l’article 37.1 de la Constitution française ouvre, en théorie, une porte à des dispositions législatives à caractère expérimental.

 

Nous verrons justement en quoi cet article est caractéristique d’une conception de l’État qui nous enferme dans des formes du passé ne correspondant plus aux besoins actuels de la société civile. Nous imaginerons alors des outils concrets qui rendraient effectif un droit à l’expérimentation géré par les acteurs de la société civile, ceux que nous appelons les Civiliens.

Quelques points clés abordés lors de cette rencontre

0:00:40 - Comment repenser et co-construire le monde de demain avec suffisamment de profondeur ?

 

0:03:30 - Rappel de quelques notions abordées lors des deux premières rencontres

 

0:06:48 - Une image forte pour faire comprendre le passage d’un pouvoir centralisé à un pouvoir « civilien » décentralisé : la maison et ses échafaudages

 

0:13:37 - Le général de Gaule et le renforcement du pouvoir du président

 

0:17:03 - Avec des tentatives pour instaurer une démocratie plus « participative », on élargit la base de la pyramide… qui demeure toutefois une pyramide !

 

0:22:46 - Comment passer de l’État unitaire centralisé à une forme d’organisation plus horizontale, où les initiatives individuelles puissent trouver leur chemin ?

 

0:23:26 - (1) Une première étape pour en arriver à l’expérimentation sociétale de nouveaux services publics : des définitions claires et précises et différenciée de ces services de la société civile, conçus et mis en œuvre par elle

 

0:26:24 - Toutefois, qu’est-ce un service public ? La production de chaussures par le cordonnier pour ses clients est-il un service au public ? Un service public est-il plutôt d’un service pour toute la communauté financé par toute la communauté ? Sinon, de quoi s’agit-il ?

 

0:35:33 - L’image de l’enfant qui a besoin d’être conduit par la main et qui devient ensuite lui-même adulte est comparable à l’image de l’échafaudage et de la maison

 

0:38:38 - Pour passer de l’enfance à l’âge adulte, il faut pouvoir expérimenter. Il faut donc qu’existe(2) un véritable droit à l’expérimentation sociétale.

 

0:49:51 - Un exemple passé parmi d’autres d’expérimentation sociale : la possibilité d’expérimenter différents type de programmes pédagogiques en Belgique en 1830

 

0:57:08 - (3) Pour pouvoir établir un droit à l’expérimentation sociétale, nous avons aussi besoin d’un réseau d’offices (non gouvernementaux) d’expérimentation sociétale

 

0:59:06 - (4) L’ensemble du dispositif d’expérimentation doit disposer d’un fond de financement spécifique

 

1:03:03 - Comment amener les pouvoirs politiques à accepter de créer le droit à l’expérimentation sociétale ?

 

1:08:44 - Pour (co)financer le droit à l’expérimentation sociétale, permettre aussi le fléchage de l’impôt ?

 

1:12:57 - Pour s’engager dans une expérimentation sociétale, certaines conditions spécifiques doivent être réunies

 

1:21:59 - Les questions des participants 1:26:59 - Le droit à l’expérimentation sociétale pourrait être « poussé » au niveau européen via le droit d’initiative européen

Vos questions les plus récentes au sujet de cette rencontre

   Voulez-vous poser une question ? 

En cliquant sur le bouton ci-dessous vous accéder à la page des questions-réponses relatives à cette rencontre civilienne. Vous pourrez ainsi poser votre question qui sera publiée sur le site après modération.

Pour publier votre question, vous devez toutefois tout d'abord demander à devenir "membre du site". Toutes les explications se trouvent dans le menu "Ouvrir un compte (FAQ)".

Voulez-vous nous donner votre avis au sujet de cette rencontre?

S'ABONNER ?

Voulez-vous être tenus informés des prochaines rencontres civiliennes par email? Alors communiquez votre email via le formulaire d'abonnement ci-dessous.